Menu
Blog Employeurs

Deuil au travail : comment réagir ?

Employeurs | 01 octobre 2019 | Ecrit par Anouk Van Laere

Le 10 octobre est la journée mondiale de la santé mentale. En cette période de l’année, la santé mentale est mise en avant à travers plusieurs initiatives visant à promouvoir ce thème, à briser les tabous. Nous sommes encouragés à travailler sur notre résilience et à rechercher une aide, si nécessaire.

Deuil au travail : comment réagir ?
La santé mentale du belge se dégrade
La cinquième Enquête nationale de santé (2018) révèle une nette détérioration du bien-être émotionnel de la population belge (de 15 ans et plus). Par rapport à 2013,  le belge se sent moins bien ; une personne sur trois fait état de problèmes psychologiques qui font référence à un sentiment de « mal être ».
 
Ce que nous ressentons, nous l’emportons avec nous au travail
Parfois, l’aide s’avère insuffisante ou arrive trop tard. Le suicide, un acte qui fait l’effet d’une bombe et a un impact sur la vie de nombreuses personnes, également au travail. Comment gérer cela ? Comment réagir en tant qu’employeur, équipe, collègue ? Si la prévention du suicide n’est pas un sujet facile, il est toutefois utile et important de s’y attarder.
 
Vivre un suicide dans son entourage est bouleversant et souvent difficile à assimiler. En tant que proche, on est submergé d’émotions fortes et on se pose une multitude de questions. Il arrive parfois que la raison de l’acte désespéré soit difficile à comprendre. Le deuil prend du temps et diffère d’une personne à l’autre. Les gens réagissent différemment à la perte d’un être cher et ont d’autres besoins. Une personne aura besoin de toute son énergie pour tenir le coup à la maison et sera incapable de se concentrer, alors qu’une autre aura au contraire besoin de la structure du travail pour se changer les idées.
 
Suicide ou décès d’un collègue. Que faire en tant qu’employeur ?
En tant qu’employeur, vous pouvez apporter une contribution en laissant de la place au deuil des collègues.
  • A cette fin, vous pouvez intercaler des moments au cours desquels le travail peut être un peu mis de côté. Vous pouvez, par exemple, organiser une cérémonie pour commémorer en toute sérénité le collègue décédé.
  • Vous pouvez aussi mettre à disposition un registre de condoléances dans lequel les collègues peuvent laisser un mot.
  • Au sein de l’organisation, il vous est possible d’aménager une sorte de petit mémorial avec, par exemple, une photo.
  • En de pareilles situations, il est surtout conseillé d’être disponible pour votre personnel, en étant ouvert au dialogue et aux questions. Le fait que l’employeur ait une discussion de groupe ou une conversation privée avec les collègues directs peut également s’avérer d’un grand soutien.
  • Dans certains cas, il peut être utile de prévoir une prise en charge émotionnelle supplémentaire : pour l’équipe directe, les personnes directement concernées. Vérifiez qui a besoin du soutien psychologique d’un service externe de prévention ou d’un psychologue. L’accompagnement psychologique peut être organisé en équipe et/ou individuellement. Examinez avec votre département RH, la personne de confiance et votre service externe, les services qui peuvent être proposés aux personnes concernées.
  • Un Employee Assistance Program (tel que proposé par Securex) offre un soutien en cas de (tentative de) suicide d’un collègue/ami (au travail ou non). Les travailleurs ont chacun droit à cinq séances au total (en groupe et/ou individuellement) dans les trois mois suivant l’événement.
  • Enfin, en tant qu’employeur, mentionnez également la ligne suicide (0800 32 123). En tant qu’employeur, vous pouvez également prendre contact avec le Werkgroep Verder (FR : groupe de travail, et ensuite) pour obtenir des conseils et une politique en matière de deuil au travail.

Et vous dans tout cela ?
Quand on est confronté à la perte d’un être cher, il faut s’accorder du temps pour digérer cette perte. Le travail passe alors souvent au second plan. Vous avez des priorités différentes et autre chose à penser. Aussi votre concentration est-elle moindre et vous éprouvez plus de mal à travailler. Votre employeur comme vos collègues peuvent jouer un rôle important dans votre soutien. Osez leur parler et expliquez-leur clairement ce que vous ressentez et ce qui se passe en vous. Essayez de ne pas minimiser votre chagrin et indiquez ce dont vous avez besoin. Peut-être avez-vous besoin de changements, dans la répartition de votre temps, dans l’organisation, etc., qui peuvent vous apporter un soutien pratique.

Dans tous les cas, misez sur la résilience !
 
Renforcer sa résilience Consultez notre offre de formations grâce auxquelles vous pouvez notamment renforcer votre développement personnel et votre résilience : Communication assertive, Mentally Fit, etc. Nos formations
0 Commentaire(s) Cacher/Montrer les commentaires
Pas de commentaire.
Laissez un commentaire