Menu
Blog Entrepreneurs

10 manières d’attirer vos premiers clients en tant que free-lance en Belgique

Entrepreneurs | 30 avril 2020 | Ecrit par Jenny Bjorklof

En tant que free-lance, acquérir ses premiers clients peut paraître très difficile. Dans ce blog, j’explique comment j’ai obtenu mes premiers projets. 

10 manières d’attirer vos premiers clients en tant que free-lance en Belgique
Préparez-vous à découvrir 10 façons de dénicher vos premiers clients en tant que nouveau free-lance en Belgique sans avoir à dépenser une fortune ou à vous montrer insistant. 

1. Trouvez une personne plus expérimentée avec qui travaillerAu cours de mes deux premières années en tant que free-lance, j’ai travaillé avec un seul client, un business angel (une personne qui investit dans des start-ups). J’étais gestionnaire de projet.  

J’ai énormément appris sur le fonctionnement des affaires, j’ai étendu mon réseau, j’ai appris à connaître les besoins du marché, j’ai acquis de l’expérience (et de la confiance !) tout en étant payé. 

2. Proposez vos services gratuitement, mais de façon stratégique Alors que je travaillais avec mon premier client, je voulais développer davantage mon réseau. J’étais attiré par le monde des start-ups et de la technologie, et j’ai pensé que le meilleur moyen de rencontrer des personnes de ce milieu était de participer à des conférences. Je me suis donc mis à proposer bénévolement mes services lors de colloques. Grâce à cette démarche, j’ai fini par décrocher mon premier vrai job de free-lance, en tant que spécialiste du marketing des réseaux sociaux lors d’une conférence consacrée à la technologie. Cette expérience m’a valu d’être recommandé pour d’autres missions. 

3. Prenez contact avec des clients potentielsAu début, j’essayais d’obtenir des rendez-vous avec des entrepreneurs intéressants simplement pour découvrir ce qu’ils faisaient, les difficultés auxquelles ils étaient confrontés, ou encore leurs objectifs et leurs priorités. Si la sauce prenait entre nous, je les orienterais soit vers un événement utile, soit vers une personne qui pourrait les aider. Le cas échéant, je proposais mes services. 

Mes premiers e-mails ou demandes de connexion LinkedIn ressemblaient à peu près à ça : « Bonjour, vous êtes actif avec X. Je fais actuellement Y et j’envisage d’étendre mes activités dans ce domaine/d’organiser un événement/d’écrire à ce sujet et je cherche à en savoir plus. Accepteriez-vous de prendre un café et de me donner quelques conseils ? »

4. Rejoignez un espace de coworking J’ai eu un de mes premiers clients en rejoignant un espace de coworking. Je n’avais pas les moyens de payer le loyer, alors j’ai négocié : je donnais un coup de main pour les réseaux sociaux et certains événements. Cela a finalement conduit à des missions rémunérées avec le propriétaire de l’espace de coworking. 

5. Prenez chaque année contact avec vos anciens clients J’inscris toutes mes réunions dans mon calendrier Google et j’écris quotidiennement dans un agenda sur cinq ans. J’y ajoute des notes sur les personnes que je rencontre. Chaque année, je contacte mes anciens clients et je leur dis : « Vous vous rendez compte que notre première rencontre remonte à si longtemps déjà ! Comment allez-vous ? Quels sont vos projets actuellement ? » En général, ils posent à leur tour cette question et cela peut déboucher sur une nouvelle mission. 

Si vous n’avez pas d’agenda, vous pouvez consacrer un après-midi à l’examen de vos factures de l’année précédente et vous mettre en rapport avec vos anciens clients pour prendre de leurs nouvelles.

6. Participez à des événements de networkingAvant, je détestais les événements de networking. Je me sentais tout petit quand j’approchais d’un groupe de personnes qui semblaient toutes se connaître. Me mettre en relation avec les gens avant l’événement, via LinkedIn ou par e-mail, m’a aidé à surmonter mon appréhension. Tout comme le fait d’aborder le networking dans l’optique d’aider les gens plutôt que de vendre un service. 

7. Servez-vous des plateformes pour free-lance À ce jour, je n’ai jamais eu recours à un recruteur ou à une plateforme de matchmaking pour trouver un projet. L’éventail de mes compétences est bien trop large pour correspondre parfaitement à quoi que ce soit. Mais pour certains professionnels, en particulier ceux qui sont spécialisés dans les technologies de l’information et le marketing numérique, les plateformes peuvent être très utiles. 

Quelques exemples d’agences et de plateformes belges de jobmatching:
8. Participez à des conférences en tant qu’intervenant On me demande parfois de parler de LinkedIn lors d’événements. J’accepte avec plaisir, surtout si le public est le bon. Me retrouver devant une salle pleine de clients potentiels et partager mon expertise débouche en effet presque toujours sur une nouvelle opportunité.  

9. Ne dites pas nonJ’ai consacré ma première année en tant que free-lance à l’exploration. Cela signifie que je n’ai jamais dit non à une opportunité. Cela m’a amené à organiser une fête sur le thème des cow-boys et d’autres événements, à développer un site Web pour un importateur de tequila, à vendre des logiciels, à enseigner et à écrire un blog. Cela m’a permis d’apprendre ce que j’aime et ce pour quoi je suis doué, mais aussi ce que les clients apprécient et ce pour quoi ils sont prêts à payer. 

10. Parlez de votre travail sur les réseaux sociaux J’ai un jour eu un nouveau client en annonçant dans un post sur LinkedIn que j’avais un nouveau projet, mais que je restais disponible un jour ou deux par semaine. Maintenant, je parle quotidiennement sur LinkedIn de ce que je fais. 


Vous envisagez de devenir free-lance ? Découvrez comment Securex peut vous aider à faire vos premiers pas.

  Contactez-nous