Login
Blog Employeurs

#Stayhome - Les 4 méthodes pour motiver

Employeurs | 27 mars 2020 | Ecrit par Hermina Van Coillie

Comment fonctionne la motivation ? Comment inciter les gens à faire quelque chose ? Il existe quatre manières de motiver vos collaborateurs : deux bonnes et deux moins bonnes (voire même mauvaises) manières.

A travers le cas pratique du coronavirus et de l'obligation de télétravailler, découvrez les 4 méthodes de motivation.

#Stayhome - Les 4 méthodes pour motiver

Pourquoi parlons-nous de « bonnes » manières ? Parce que de nombreuses études menées dans différents domaines (travail, enseignement, sport, éducation) montrent que ces deux manières donnent des résultats. Elles sont efficaces, ont des conséquences positives, sont durables, entre autres

Les « mauvaises » manières que nous décrivons ici ne fonctionnent que dans une certaine mesure. Et nous entendons surtout par là : à court terme. En outre, vous y consacrez beaucoup d’énergie et ces manières de motiver vos collaborateurs causent de nombreux « dommages collatéraux ».

Aujourd'hui, le gouvernement nous exhorte à rester chez nous autant que possible. Cette mesure pousse à la réflexion. De quelle manière êtes-vous motivé(e) à faire du télétravail ? Et, plus important encore : comment motivez-vous les membres de votre équipe à faire de même ?

Quatre méthodes de motivation
1. Contrainte externe

Au moyen d'une prime et/ou d'une sanction, vous suscitez la motivation de vos travailleurs. Pour atteindre votre but, vous vous servez de votre autorité ou de votre statut.

Quelques exemples :

  • Vous ne faites pas de télétravail ou ne restez pas chez vous ? Vous écopez d’une amende.
  • Si vous faites du télétravail pendant trois semaines, nous doublons votre bonus (pour nous, ce n’est pas une option compte tenu de la perte que subissent actuellement un grand nombre d’organisations).
  • Des contrôles de police renforcés dans les rues et à la frontière.
Avantages à court terme

Cette méthode porte-t-elle ses fruits ? Oui, essentiellement à court terme. En effet, les travailleurs et citoyens belges sont très sensibles à cette forme de coercition. Pourquoi ? Parce que nous sommes un peuple docile.

Les amendes constituent un puissant moyen de pression, tant dans les organisations que dans la société en général. Les amendes sont généralement acceptées et, souvent, l'honnête citoyen les paie sans chicaner. Donc, à court terme, si vous voulez obtenir quelque chose rapidement, vous pouvez utiliser cette méthode. Mais...

Désavantages à long terme

À long terme, la contrainte externe présente de nombreux désavantages.

  • Elle nécessite un suivi considérable (8.000 militaires en France sont chargés de contrôler la population civile).
  • Le risque de contamination augmente (ces militaires vont également propager le coronavirus
  • C’est une méthode coûteuse et de longue haleine.
  • Elle suscite une résistance chez les travailleurs et les Belges en général.

Personne n'est ravi de se voir infliger une amende ou une sanction. Et si les contrôles s'arrêtent ? Les efforts s'arrêtent également. Parce que les gens ne font des efforts que pour éviter la sanction ou toucher la prime. Lorsqu'il n'y a plus d'argent en jeu, les efforts cessent.

Conclusion

N'utilisez cette méthode que lorsque vous souhaitez atteindre un objectif rapidement, à court terme.


2. Contrainte interne

Vous motivez quelqu’un en suscitant chez lui des sentiments de culpabilité et de honte. Vous ne « contraignez » pas votre collaborateur au moyen de primes et de sanctions externes. En tant que dirigeant, vous agissez sur le sentiment de culpabilité et/ou de honte de votre collaborateur.

Quelques exemples :

  • « Vous n’avez pas honte de venir encore au bureau ? Et si vous contaminez vos collègues ? »
  • « Vous voyez encore des amis ? Vous ne vous sentez pas coupable ? Qui sait combien de personnes vous avez déjà contaminées ? »
Avantages
Cette méthode porte-t-elle ses fruits ? Assurément. La plupart des gens sont sensibles à l’induction de culpabilité. Et vous pouvez même aller plus loin. Certains travailleurs se sentent facilement coupables. Dès qu’ils toussent au bureau, ils ont peur de contaminer leurs collègues. Il s’agit en fait d’une manière très efficace de motiver les travailleurs à faire des efforts, mais ...
 
Désavantages

Un sentiment de culpabilité est préjudiciable à l'épanouissement personnel. Si vous faites quelque chose par culpabilité ou par honte, cela s'accompagne de beaucoup d'émotions négatives. Conséquence : vous souffrez d'anxiété chronique. Vous êtes constamment sur vos gardes et essayez de cacher le comportement qui est à l'origine du sentiment de culpabilité. Parce que vous en avez honte. Cette situation vous met mal à l'aise.

De plus, les personnes qui accablent les autres en leur procurant un sentiment de culpabilité pensent que ce qu'elles font est bien. Elles se rendent compte que les sanctions et les primes ne produisent pas les effets escomptés. Elles vont alors plutôt agir sur les émotions. Elles font appel à la conscience de leurs collaborateurs. Car elles pensent qu'il n'y a aucun mal à ça. En effet, elles n'usent pas de violence verbale ou physique.

Conclusion

Évitez cette manière de motiver vos collaborateurs. Restez à l'écart des émotions négatives qui n'ont aucune utilité. Au contraire, elles provoquent l'anxiété, un comportement d'évitement, la peur de l'échec, etc.

Mais abordons maintenant les bonnes méthodes pour motiver... 

3. Motivation intrinsèque

C'est la méthode de motivation la plus connue. C'est une excellente manière de trouver la motivation. Pourquoi ? Parce que vous faites quelque chose que vous aimez faire. Vous le faites parce que c'est intéressant, parce que vous découvrez autre chose... C'est agréable.

Mais tout le monde n'aime pas travailler à la maison. Et tout le monde n'aime pas rester chez soi.

Ce n’est pas facile pour les employeurs d’accroître cette motivation intrinsèque.

Comment faire pour qu’un collaborateur accepte le télétravail ? Ou accepte sans broncher de rester chez lui pendant cinq semaines ?

Ce n'est pas évident. En effet, en tant qu'employeur ou autorité, vous n'avez que peu d'influence sur les événements. C'est l'inconvénient de la motivation intrinsèque.

Vous pouvez certes souligner le caractère agréable du télétravail. Ou énumérer les avantages de passer quelques jours agréables en famille à la maison. Mais ça s'arrête là. Si un collaborateur a besoin de contacts sociaux avec ses collègues ou se sent cloîtré, voire isolé, la motivation intrinsèque est et reste faible.

Devez-vous dans ce cas passer immédiatement à la contrainte interne ou externe ? Non. Absolument pas.

Il reste encore une quatrième manière : exposer le bien-fondé des mesures. En convainquant vos collaborateurs du bien-fondé des mesures, vous les motivez à faire du télétravail et, par extension, à rester chez eux.


4. Le bien-fondé des mesures

Les gens font du télétravail, toussent dans le pli de leur coude, se lavent les mains toutes les 10 minutes, ... Pourquoi font-ils ça ? Parce qu'ils en voient l’utilité. Pas pour éviter une sanction ou pour toucher une prime. Ils le font parce qu’ils trouvent cela important, pertinent et utile. Ce comportement signifie quelque chose pour eux. Ce sont ces comportements que les gens adoptent pour une longue période.

Notre conseil :

Exposez autant que possible le bien-fondé des mesures.

Même si le gouvernement le fait déjà. Nous recommandons aux entreprises d’insister encore sur la pertinence de ces mesures.

Réfléchissez aux arguments que vous pouvez mettre en avant. C’est vous qui connaissez le mieux vos travailleurs. Comment pouvez-vous les convaincre de rester chez eux pour travailler ?