Menu
Blog Employeurs

Miser sur vos talents internes, ça rapporte !

Employeurs | 15 mai 2019

Les employeurs oublient souvent leurs talents internes, ils préfèrent chercher des candidats qualifiés en dehors de leur propre organisation. Pourtant, il est avantageux de permettre à vos employés de bouger professionnellement.
Les Red Lions, Champions du monde de hockey, démontrent comment ils ont décroché le titre mondial grâce à leur politique de mobilité interne.

Miser sur vos talents internes, ça rapporte !
Belgique, championne du monde de hockey : coïncidence ?Non ! Le titre mondial résulte d’une stratégie à long terme des plus astucieuses. En quelques années, Marc Coudron et Bert Wentink ont transformé la petite fédération de hockey en l’association sportive la plus innovante de Belgique. Mais où se situe la clé de leur succès ? La philosophie de Wentink se base sur trois piliers: développement de talents, accompagnement et suivi. 

Pourquoi ne pas effectuer une comparaison entre le monde du hockey et celui de l’entreprise ?
 
Développement de talents
Le pool de talents dans lequel la Belgique peut puiser étant plus limité que celui des Pays-bas ou d’autres pays, nous l’abordons avec soin et de manière intensive. Wentink affirme : “On doit pêcher tous les poissons de l’étang. Aucun potentiel ne peut nous échapper.”  
Dès l’âge de neuf ans, notre équipe  inventorie les meilleurs talents du pays. Plusieurs fois par an, on rassemble ces talents pour les suivre et les accompagner de manière intensive dans leur développement. Les joueurs de hockey actuels et les anciens joueurs du top niveau ont également leur rôle à jouer. Les jeunes talents suivent en effet régulièrement un entraînement donné par nos joueurs professionnels, ainsi on retire le maximum de chaque talent.

Mais, les entreprises et les organisations ne pratiquent pas le hockey ! En effet, et elles ne sont pas non plus confrontées aux limitations de recrutement fort strictes, telles qu’elles existent dans les sports opposant des équipes nationales. C’est vrai… mais la situation tendue sur le marché du travail et les évolutions au niveau des RH imposent aujourd’hui d’autres limitations, parfois bien plus contraignantes, aux organisations. De sorte qu’il est intéressant pour de nombreuses organisations de s’attarder quelques instants sur l’exemple de nos Red Lions afin de miser, comme eux, davantage sur une approche de mobilité interne plus poussée.
  
Accompagnement
Wentink insiste sur l’importance de l’accompagnement le plus professionnel possible : tout ce qui peut être perfectionné, doit l’être. Les terrains, les auxiliaires techniques et par exemple les conditions de vol de l’équipe nationale doivent être excellents. Mais ceci vaut également pour les managers et les coaches qui encadrent les jeunes et les sélections nationales. Ainsi, il est frappant de constater que depuis 2017, un coach international du top niveau a toujours été à la tête des Red Lions.
Je vous entends déjà dire : ‘Ceci n’a rien à voir avec le fait de miser sur vos talents internes ? Et vous avez bien entendu raison. Tout comme pour les entreprises, pour le hockey national, il n’y a pas que la mobilité interne qui puisse faire la différence. Il faut y ajouter des recrutements externes. Sinon, vous risquez l’anémie. Des nouvelles recrues externes et compétentes  apportent de l’inspiration et de nouvelles idées à votre entreprise. Wentink,  lui-même hollandais, a réalisé ceci en attirant des coaches internationaux du top niveau pour rehausser, progressivement, le niveau général.   
 
Suivi
Le troisième pilier du succès du hockey, est le suivi. “Il faut sélectionner à tous les niveaux et rajeunir en permanence l’équipe”, nous dit Wentink. “De nouveaux jeunes doivent constamment y être intégrés. Alexander Hendrickx en est un parfait exemple. Il était troisième tireur des corners, mais a obtenu la confiance lors de la coupe du monde et est devenu  le meilleur buteur du tournoi. Intégrer de nouveaux jeunes, même à des positions clés, fait partie du processus de sélection permanente.” Wentink regarde déjà bien plus loin. Selon lui, il faut en permanence être attentif aux générations futures. Et cela porte ses fruits, car les U21 (jeunes de moins de 21 ans) ont déjà été champions d’Europe à plusieurs reprises. La relève semble donc assurée. 
 
Contrats flexibles
Tout comme Wentink, les organisations doivent également être flexibles par rapport aux différentes formes de collaboration. Aujourd’hui, on pense encore trop souvent en des termes de « tout » (contrat à temps plein de durée indéterminée) ou « rien » (pas d’engagement ou licenciement). Alors qu’il existe de nombreuses formes intermédiaires et des contrats de collaboration alternatifs. Les travailleurs plus âgés, mais cela vaut aussi de plus en plus pour les jeunes, sont prêts à s’engager pour votre entreprise, mais pas toujours à temps plein. Certains veulent combiner cela à d’autres activités, comme entrepreneur indépendant ou non (pour aider dans le commerce d’un conjoint, consacrer du temps à un travail comme volontaire, lancer une affaire à titre complémentaire).
En tant qu’organisation, vous pouvez faire deux choses : vous cramponner obstinément aux formules existantes (contrat à temps plein) ; soit vous mettre autour de la table en vue d’élaborer, ensemble, une formule flexible. Dans ce dernier cas, vous gagnez souvent un travailleur extra motivé en retour.
 
Securex accompagne les organisations dans la mise en place d’une approche de mobilité interne à long terme, moyennant les renforts nécessaires venus de l’extérieur.
 
Internal Mobility
Focus Report : Mobilité interne Comment relier positivement les talents internes à l’organisation ?
Quels sont les avantages, les risques et les points d’attention ? Téléchargez le Focus Report ici
0 Commentaire(s) Cacher/Montrer les commentaires
Pas de commentaire.
Laissez un commentaire