Menu
Blog Employeurs

Le statut professionnel importe-t-il pour la qualité du travail ?

Employeurs | 08 mai 2019 | Ecrit par Katrien De Clercq

La qualité de l’emploi varie-t-elle en fonction du statut professionnel ? Ou plus spécifiquement : la qualité du travail est-elle moins bonne dans les formes de travail atypiques ? Nous avons étudié le rapport entre le statut professionnel et les conditions de travail.

Source: Eurofound (2018), Does employment status matter for job quality? Publications Office of the European Union, Luxembourg.

Le statut professionnel importe-t-il pour la qualité du travail ?

Qualité peu élevée dans les formes atypiquesLe régime de travail standard des travailleurs est l’emploi à temps plein fixe. Toutefois, les indépendants, divers types d’emploi temporaires et à temps partiel et d’autres régimes d’emploi flexibles gagnent toujours plus de terrain au sein de l’UE. Ces autres formes de travail, atypiques, représentent déjà 33 % de la population active au sein de l’UE en 2015. De nombreux travailleurs préfèrent un emploi à temps plein fixe, mais n’en disposent pas par manque d’alternative. La qualité du travail est-elle de fait si basse dans les formes de travail atypiques ?

Le développement de formes de travail plus flexibles a parfois entraîné des effets négatifs au niveau des conditions et des droits de travail des travailleurs. Par conséquent, l'UE poursuit non seulement l'objectif de créer plus d'emplois, mais aussi des emplois de meilleure qualité depuis près de deux décennies maintenant. Améliorer la qualité des emplois atypiques est devenue aujourd’hui une priorité pour la Commission européenne.  

La Commission a mis en avant deux importantes initiatives dans le domaine de la protection sociale et des conditions de travail pour les travailleurs sous des contrats atypiques. L’une a trait à une proposition de recommandation du Conseil offrant un accès à la protection sociale aux travailleurs atypiques et aux indépendants (protection qui leur fait souvent défaut par suite de leur statut professionnel). L’autre renvoie à une proposition de directive pour des conditions de travail transparentes.

Quelle est la différence?Comment les choses se présentent-elles en réalité ? Petite comparaison entre différentes conditions de travail et statuts d’emploi :

1) Dans l’Europe entière, l’emploi fixe est le statut de travail le plus commun, offrant également les conditions de travail les plus favorables. Les contrats fixes sont moins fréquents chez les nouveaux venus sur le marché du travail et se rencontrent plus fréquemment chez les travailleurs aux qualifications plus élevées. C’est pourquoi, nous observons une légère baisse au niveau des contrats fixes, même s’il s’agit toujours du statut le plus répandu, le plus populaire.

2) Les travailleurs intérimaires ressentent des conditions de travail moins favorables. En comparaison aux travailleurs fixes, ils sont désavantagés au niveau du temps de travail et de la flexibilité de gérér leur propre temps de travail. Ils bénéficient également d’une sécurité d’emploi moindre et leurs prévisions en matière de développement de carrière sont moins bonnes. L’avantage est ici que les travailleurs intérimaires sous contrat à plus long terme (personnes bénéficiant d’un contrat à durée déterminée de plus d’un an) éprouvent une intensité de travail inférieure par rapport aux travailleurs fixes. Les travailleurs intérimaires sous contrat à court terme (contrat à durée déterminée de moins d’un an) ont un accès moindre aux formations, ainsi que moins d’espace de manœuvre pour appliquer leurs compétences ni de prendre des décisions au travail.  

3) Les travailleurs indépendants en solo (n’occupant pas de personnel) ressentent également un environnement de travail moins favorable par rapport aux travailleurs fixes. Toutefois, ils affichent des scores nettement plus élevés quant à l’utilisation de leurs aptitudes, l’accès à la formation et à la possibilité d’agir sur une base indépendante.

4) Les employeurs affichent une meilleure qualité d’emploi par rapport aux travailleurs fixes. Toutefois, ils éprouvent une charge de travail plus élevée, si on la compare aux autres.

Que retenir de tout ceci ? L’emploi fixe est toujours le statut professionnel dominant dans l’UE toute entière, représentant 66 % de l’emploi. Mais on note une augmentation des contrats temporaires et d’autres formes de travail atypique. Il est évident que la situation professionnelle influence bel et bien la qualité du travail.
 
  • Le travail intérimaire (surtout le contrat à court terme) est le statut d’emploi le plus défavorisé : de tels travailleurs éprouvent une mauvaise qualité de travail par rapport à l’accès aux formations, l’espace pour agir de manière autonome, la sécurité d’emploi et les perspectives de développement de carrière.
 
  • Le régime professionnel de travailleur indépendant offre des avantages à travers de nombreux aspects de qualité de l’emploi pour les personnes démarrant une activité et occupant des travailleurs.
 
  • Le travail à temps partiel peut aider les travailleurs à trouver un équilibre entre travail et vie privée mais pourrait avoir des effets négatifs sur leurs possibilités de carrière et leur accès aux formations.
 
  • Il existe un besoin pressant de protection pour les travailleurs dans les types d’emploi atypiques et pour les indépendants. Lors de la procédure d’engagement, les employeurs doivent agir dans le domaine de la discrimination possible vis-à-vis des travailleurs temporaires et partiels. Plus particulièrement dans le domaine de la qualité du travail comme partie de leur stratégie d’entreprise et en précisant clairement les perspectives de carrière et les possibilités de formation.
 
Vous voulez en savoir plus ?

Consultez le rapport (Anglais) ici.

Contactez-nous
0 Commentaire(s) Cacher/Montrer les commentaires
Pas de commentaire.
Laissez un commentaire