Menu
Blog Employeurs

Méfiez-vous des études RH portant sur de grands échantillons

Employeurs | 04 avril 2019 | Ecrit par Heidi Verlinden

Les rapports d’étude dans le domaine des RH mentionnent souvent la taille de l’échantillon sur lequel la recherche a été menée, mais confirment rarement sa représentativité. Securex attache, en revanche, plus d’importance à sa représentativité qu’à son ampleur.
 

Méfiez-vous des études RH portant sur de grands échantillons
Plus l’échantillon est grand, plus il est représentatif ? Rien n’est moins vrai !
Un grand échantillon peut être aussi peu représentatif qu’un petit. Si certaines personnes sont plus susceptibles que d’autres d’être sélectionnées, l’échantillon peut donner une image biaisée et perdre en représentativité.

Un exemple ? Mener une enquête en ligne visant à savoir combien de Belges ont accès à Internet chez eux n’a aucun sens, pas même si elle se base sur un vaste échantillon. Cette méthode de recherche exclut les personnes qui n’utilisent pas Internet, car il leur est impossible de répondre au questionnaire. Conséquence : un résultat faussé.
 
 À quoi sert un échantillon représentatif ?

 1. Généraliser les résultats de la recherche
Les résultats d’une recherche basée sur un échantillon représentatif de la population active belge permettent de tirer des conclusions sur l’ensemble de cette population.

Les travailleurs de l’échantillon du livre blanc « Absentéisme en 2017» ont été en moyenne absents 17 jours pour cause de maladie ou d’accident privé. Comme notre échantillon était représentatif des variables les plus importantes, nous avons pu en déduire que le travailleur belge moyen avait également été absent pendant 17 jours. Le nombre de jours d’absence dépend du statut, car les ouvriers ont été absents en moyenne 23 jours et les employés 12 jours. Il est donc essentiel que l’échantillon soit représentatif du statut.

Si notre échantillon n’avait pas été représentatif du statut et avait, par exemple, été composé de 75 % d’ouvriers et de 25 % d’employés (au lieu de 44 % contre 56 %), nous en aurions conclu que le travailleur moyen avait été absent pendant 20 jours au lieu de 17. Ce chiffre démontre qu’un échantillon non représentatif peut effectivement déformer la réalité (une surestimation dans le cas qui nous occupe).

2. Identifier les tendances
Les référentiels réalisés par Securex sur la base d’échantillons représentatifs permettent de suivre l’évolution de l’absentéisme et de la rotation du personnel, de la satisfaction, du stress, de l’engagement et de l’employabilité durable, entre autres.

Les échantillons non représentatifs peuvent, par exemple, contenir davantage de travailleurs plus âgés une année que l’autre, si on se base sur des enquêtes de rue la première année et sur des enquêtes en ligne l’année d’après. Les travailleurs plus âgés sont, en effet, moins facilement accessibles en ligne. L’augmentation de l’intention de rotation que vous observeriez sur la base de ces échantillons serait principalement due au pourcentage plus faible de travailleurs âgés repris dans l’échantillon et n’illustrerait pas une réelle tendance sur le marché. Même si ces échantillons non représentatifs sont toujours collectés avec le même type d’enquête, la proportion de travailleurs âgés est susceptible de suivre une évolution différente que celle du marché du travail, d’où des chiffres et des évolutions erronés. 

3. Comparer avec d’autres enquêtes
Il n’est possible de comparer les résultats de différentes études que si chacune d’entre elles porte sur un échantillon représentatif.

L’échantillon de l’étude Securex « Absentéisme en 2017 » était représentatif des principales variables ayant un impact sur l’absentéisme : le statut, le sexe, l’âge, la région et la taille des entreprises jusqu’à 1 000 travailleurs. Une autre étude portant sur un échantillon où les grandes entreprises sont surreprésentées fera état d’un taux d’absentéisme plus élevé, car les collaborateurs des grandes entreprises sont plus souvent absents.
 
4. Positionner les entreprises
Les résultats d’enquêtes basées sur un échantillon représentatif constituent un benchmark ou une référence par rapport auquel les entreprises peuvent se positionner. Un échantillon non représentatif, quelle que soit sa taille, donne une référence instable qui dépend de la composition de l’échantillon. Il ne reflète pas la situation réelle et ne peut pas servir de benchmark.

À partir de cet échantillon représentatif, nous pouvons sélectionner un échantillon encore plus pertinent aux yeux de l’organisation, par exemple uniquement les grandes entreprises. Mais là encore, il importe que ce sous-échantillon soit représentatif des autres variables clés.   
 
5. Offrir des modèles stables reflétant des rapports généralisés

Les modèles théoriques sur lesquels s’appuient la plupart de nos questionnaires de mesure de la perception (ex. : satisfaction et stress) ont été conçus à partir de données provenant d’échantillons représentatifs, de sorte à refléter plusieurs rapports généralisés sur le marché du travail (p. ex. relations de cause à effet). La construction de modèles qui n’en tient pas compte donne des modèles instables sans aucune valeur pour le client.

Une entreprise qui utilise une mesure de la perception pour identifier les causes d’un faible rendement devrait procéder sur la base d’un questionnaire sommaire qui ne concerne que les domaines susceptibles d’influencer les performances.

Securex attache une grande importance au développement et au traitement d’études scientifiques de qualité. La représentativité ne dépend pas de la taille de l’échantillon.

Une étude basée sur un large échantillon a beau sembler convaincante, elle ne reflète peut-être pas la réalité. Nos enquêtes portent, en outre, sur un nombre minimum de répondants, qui dépend du type d’analyse que nous voulons effectuer, des sous-groupes sur lesquels nous voulons tirer des conclusions ainsi que de la fiabilité et de l’exactitude auxquelles nous aspirons dans nos analyses. Afin de déterminer exactement cette taille minimale, Securex utilise la technique statistique de "l'analyse de puissance".

«La qualité prévaut toujours sur la quantité» 

Vous souhaitez plus d’informations sur nos méthodes de recherche? Contactez : hrresearch@securex.be 
0 Commentaire(s) Cacher/Montrer les commentaires
Pas de commentaire.
Laissez un commentaire