Menu
Blog Employeurs

Comment gérer les absences fréquentes ?

Employeurs | 06 novembre 2020 | Ecrit par Stephanie Heurterre & Heidi Verlinden

L’absentéisme est souvent une source de stress au sein des entreprises. Au niveau organisationnel, l’impact sur la productivité et les nombreux coûts indirects entraînent une augmentation des coûts. Il s’avère donc judicieux de s’intéresser aux mesures en matière d’absentéisme, alors que la fréquence moyenne n’a cessé d’augmenter ces dernières années. Le plan présenté ci-dessous peut vous aider à prendre des mesures ciblées.
 

Comment gérer les absences fréquentes ?

Mesurer c'est savoir

Mener des actions au hasard dans l’espoir de faire baisser l’absentéisme, cela ne fonctionne pas dans la pratique. Dans le meilleur des cas, vous observerez des résultats à court terme mais ce n’est généralement pas le cas. Il est préférable d’opter pour une approche fondée sur les processus.

Commencez par évaluer la situation au sein de votre entreprise. Analysez les paramètres de l’absentéisme. Quelle a été l’évolution interne au cours des dernières années ? Où se situe votre entreprise par rapport au secteur ou au marché du travail belge ? Vos collaborateurs se font-ils porter pâle moins souvent ou au contraire plus souvent que les travailleurs d’autres entreprises ? L’absence moyenne est-elle plus longue ou plus courte qu’ailleurs ? La situation de certains services ou départements est-elle bien meilleure ou bien pire ? Examinez ce que vous disent les chiffres.

Une analyse approfondie des chiffres de l’absentéisme ne manquera pas de vous révéler des informations surprenantes. Celles-ci constituent non seulement la base d’un plan d’action efficace, mais également le fondement et l’argumentation de votre politique.

Si vous souhaitez renforcer encore cette base et développer vos connaissances, recherchez les facteurs d’absentéisme dans votre entreprise (par exemple, l’impact du temps de déplacement, la distance par rapport à la direction, ...) et reliez les chiffres du bien-être (par exemple, l’analyse des risques psychosociaux, le taux de satisfaction, ...) à vos paramètres en matière d’absentéisme.
 

Créez un cadre clair

Au cours de l’étape suivante, apportez une réponse aux 5 « Q » :
  • Pour quelle(s) raison(s) ciblez-vous les travailleurs absents ?
  • Quels objectifs souhaitez-vous atteindre ?
  • Qui impliquez-vous à cet égard ?
  • Qu’attendez-vous de ces personnes ?
  • Quand faut-il agir ?
Certains aspects sont nécessaires dans le cadre d’une politique d’absentéisme efficace. Par exemple, l’intérêt porté au collaborateur, l’accent mis sur la santé, la responsabilité partagée, la communication ouverte, la confiance mutuelle, une base objective et uniforme, ...

De belles perspectives en théorie, mais souvent difficiles à mettre en pratique. Efforcez-vous donc de concrétiser les valeurs établies et les objectifs fixés pour toutes les parties concernées, et ce, tant dans les actions que dans la manière dont elles sont menées.
 

Permettez les approches personnalisées

Le cadre de base créé à l’étape précédente décrit toutes les attentes et actions pour chaque acteur de l’entreprise. Cependant, dans certaines équipes ou certains départements, ce plan de base ne suffira pas pour obtenir des résultats. Dans ces cas, un plan d’action ciblé et personnalisé doit être mis sur pied.
Cette approche personnalisée s’avère principalement utile dans les grandes entreprises.

Mais attention : les adaptations apportées au plan de base doivent être objectives et motivées. Cibler des groupes au hasard n’est certainement pas le but poursuivi et fera plus de mal que de bien.
 

Veillez à ce que votre plan d'action soit efficace (et le reste)

Tout le monde est sur la même longueur d’onde ? Parfait. Les choses sérieuses peuvent commencer. Vous devez veiller à ce que chaque travailleur et chaque responsable aient l’envie de mettre en pratique la politique d’absentéisme. Voici quelques conseils concrets :
  • Assurez une appropriation claire du projet
  • Adaptez la communication au groupe cible
  • Signalez à qui s’adresser pour toute question ou demande d’aide
  • Ne jetez pas l’éponge trop vite, car la mise en place de la politique prend du temps
  • Agissez de manière cohérente. Menez votre politique comme il se doit et interpellez les personnes concernées lorsque les accords ne sont pas respectés.
  • Programmez des entretiens d’évaluation périodiques pour maintenir l’efficacité des actions
Essayez d’ancrer l’absentéisme dans un contexte plus large. Focalisez-vous, par exemple, sur la bonne santé physique et mentale des collaborateurs, afin qu’ils soient en pleine forme pour travailler et en aient l’envie. Nourrissez la motivation autonome des travailleurs. Les recherches montrent que le taux d’absentéisme est plus faible chez les personnes dont la motivation est autonome. De plus, elles se sentent mieux au travail parce qu’elles perçoivent le sens de leur travail.

Le leadership joue également un rôle crucial. Investissez dans un soutien et un coaching permanents afin de développer des compétences en leadership au sein de l’entreprise. Cet aspect a également une influence positive sur le taux d’absentéisme. Enfin, il ne faut pas oublier les conditions de travail. Songez, par exemple, à l’ergonomie, aux mesures de sécurité, aux horaires flottants et à la possibilité de travailler à domicile.
 

En savoir plus sur l'absentéisme ?

Nous avons analysé les absences auprès de 25.000 employeurs. Consultez les résultats et nos conseils dans notre white paper.

Téléchargez-le gratuitement