Login
Blog Employeurs

10 conseils à l’employeur concernant le télétravail

Employeurs | 15 avril 2016 | Ecrit par Hermina Van Coillie

À l’heure actuelle, seul 1 Belge sur 3 peut choisir où il travaille, alors que bien plus de travailleurs voudraient travailler à domicile. Travailler de chez soi ne doit pas forcément être négatif. Ni pour l’employé, ni pour l’employeur.

10 conseils à l’employeur concernant le télétravail
Le travail à domicile, ancré dans une culture de confiance et d’autonomie, peut accroître la satisfaction ainsi que la productivité des collaborateurs et il rend l’image de l’employeur plus attrayante. Mais il peut, par exemple, également constituer une solution aux trajets chronophages entre le domicile et le lieu de travail ou lors d’une journée où vous avez besoin de vous concentrer. Il peut générer un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée.
 
5 conseils destinés à l’organisation
  • Ne vous lancez pas sans réfléchir

Réexaminez et évaluez la culture de l’entreprise. La direction est-elle ouverte au travail à domicile ? Le pratique-t-elle parfois ? Vos cadres sont-ils bien formés à la gestion à distance ? Et les employés, sont-ils prêts ? Une bonne préparation, une communication limpide et des accords clairs sont, ici, indispensables, faute de quoi le télétravail peut s’avérer être une déception pour l’employeur, les cadres et l’employé qui travaille à domicile.

  • Désignez les bons managers

Le style de management doit davantage mettre l’accent sur le coaching que sur le contrôle. Avec les bonnes pratiques RH, vous créez une atmosphère de confiance qui rend superflu le contrôle pur et qui axe le message sur le résultat. Or, pour cela la confiance doit être la base et vos cadres doivent y être favorables. Ils doivent être capables de lâcher prise et de faire confiance à leurs employés. Les cadres doivent également se montrer prêts à communiquer par e-mail, chat et/ou réunions en ligne. Dans l’idéal, ils travaillent aussi à domicile de temps en temps.

  • De visible à joignable

C’est un fait, vous verrez moins vos employés qui travaillent à domicile. En tant qu’employeur, vous êtes donc tout à fait en droit d’attendre de la discipline. Mais qu’est-ce que cela signifie au juste ? Vos employés doivent-ils répondre à leurs e-mails dans la demi-heure ? Peuvent-ils faire un jogging d’une heure durant leur pause de midi ? Peuvent-ils fermer leur boîte de réception ? Doivent-ils être joignables en permanence ? Les possibilités sont nombreuses. Pour éviter toute confusion et tout malentendu, le mieux est de trouver des accords très clairs au sujet de la joignabilité.

  • Accent sur le résultat

Indiquez clairement, au préalable, comment vous aller évaluer l’employé qui travaille à domicile ainsi que son travail. Pour certains emplois, obtenir de bons résultats n’est pas synonyme de joignabilité. C’est pourquoi vous devez trouver des accords clairs concernant les objectifs et les résultats visés. Mais en principe, vous faites la même chose pour les personnes qui ne travaillent pas à domicile.

Examinez avec quelle fréquence l’employé peut travailler depuis son domicile
Plusieurs facteurs entrent en jeu quand il s’agit de fixer la fréquence du travail à domicile. Étant donné que le télétravail peut créer pour certains une distance vis-à-vis de l’entreprise, on décide parfois de limiter celui-ci à deux jours par semaine. Or, certains employés peuvent déjà se sentir isolés après un jour, alors que d’autres peuvent facilement se concentrer pendant toute une semaine à domicile. Mais pour certains emplois, le contact avec les collègues est nettement plus important. Dans ce cas, le fonctionnement de l’équipe de direction de l’employé qui travaille à domicile doit donc prévaloir.

5 conseils destinés aux travailleurs
  • Ne travaillez pas « trop »

Les personnes qui travaillent à domicile ne travaillent pas « trop peu ». Au contraire. Les employés qui travaillent à domicile doivent aussi savoir quand s’arrêter. À domicile, il y a moins de distraction. En effet, vous ne devez pas vous déplacer jusqu’à votre lieu de travail. Or, c’est précisément un moment que beaucoup utilisent pour souffler un peu. C’est pourquoi je conseille parfois de terminer sa journée de travail par un petit rituel : sortir cinq minutes de chez soi, par exemple.

  • Assurez une certaine régularité

Au bureau, une journée de travail est structurée et contrôlée socialement. À domicile, elle est dépourvue des deux. Les personnes qui travaillent chez elles oublient de déjeuner ou restent en pyjama devant leur ordinateur. Les employés qui travaillent à domicile veulent souvent compenser le fait qu’ils sont à la maison. Ils ne veulent « certainement » pas en profiter. En moyenne, les personnes qui travaillent à domicile mangent de façon moins régulière et bougent moins. C’est pourquoi vous devez structurer votre journée le plus possible et n’oubliez pas de faire des pauses.

  • Continuez à communiquer

Rester en contact avec les collègues par e-mail, par chat et/ou par téléphone. À cet égard, les réunions en ligne sont très pratiques. Le contact avec vos collègues reste crucial car c’est essentiellement pour cela que votre patron est réticent, même si le télétravail est officiellement autorisé au sein de votre organisation. Une étude de Regus, une société qui loue des espaces de bureau, a récemment montré qu’un tiers des senior managers dans notre pays ne voient pas d’un bon œil le travail flexible. Si vous voulez travailler à domicile, vous devez absolument chercher à avoir un bon contact avec votre manager. La confiance mutuelle est d’une grande importance.

  • Le travail à domicile ne convient pas à toutes les tâches

Planifiez vos journées en fonction du contenu de votre travail. Le travail à domicile convient très bien pour exercer des tâches de façon individuelle. En revanche, pour une phase de projet créative, il n’entre pas en ligne de compte. Certaines tâches se font plus facilement avec un collègue.

  • Travailler à domicile, ce n’est pas assurer la garderie

Le travail à domicile ne sert pas (je dis bien « ne sert pas ») à garder les enfants le mercredi après-midi ou pendant une journée pédagogique. Vous organisez alors votre agenda en fonction des enfants, ce qui n’est pas conciliable avec le travail à domicile. Après tout, vous n’emmenez pas vos enfants au bureau. On peut, cependant, bien faire une exception dans le cas où un enfant est malade. Une bonne disposition à prendre alors est d’évaluer, à la fin d’une journée de travail à domicile passée avec un enfant malade, la quantité de travail que vous avez abattue et, en fonction de cela, de prendre éventuellement quelques heures de congé.