Menu
Blog Employeurs

La voie vers un meilleur leadership

Employeurs | 31 août 2016 | Ecrit par Emely Theerlynk

Il arrive que certains dirigeants d’entreprises se trompent. Pourtant, ces dirigeants sont très expérimentés et ils ont suivi de coûteuses formations en management. Que faut-il donc de plus pour garantir la réussite du leadership ?

La voie vers un meilleur leadership

Dans un article récemment paru dans le magazine Knack, Frank Vander Sijpe se demande pourquoi il arrive aussi souvent que des dirigeants se plantent. Est-il possible de développer ou d’acquérir un bon style de leadership ? Mais c’est quoi finalement un « bon style de leadership » ?

Nous avons dernièrement posé ces trois questions à notre conseil Securex RH : une assemblée hétéroclite de praticiens et d’universitaires spécialisés dans les ressources humaines. Pour le volet théorique, nous avons, entre autres, reçu une réponse du professeur Hannes Leroy.

D’après le professeur Leroy, trois états d’esprit sous-jacents sont importants : Positivity, Trust and Learning. Il estime que concentrer les formations / le coaching des dirigeants sur ces trois états d’esprit est nettement plus efficace (comprenez plus rentable par rapport à l’investissement) qu’une formation comportementale ou toute autre formation ciblée sur l’expérience. Voici quelques exemples pour tester votre propre état d’esprit :

« Je pense que chacun de mes employés est capable de performances extraordinaires. »

Il n’est pas ici question de savoir si cet objectif peut être atteint, mais de considérer à quelle vitesse vous répondez « NON » à cette question. Pourquoi ? Les gens en lesquels vous croyez fourniront de meilleures prestations que ceux en lesquels vous ne croyez pas. Il s’agit donc d’une prophétie qui se réalise d’elle-même. En tant que dirigeant, il est souhaitable d’aborder vos travailleurs de la manière la plus positive qui soit.

« Je ferais confiance à un étranger choisi au hasard pour surveiller mon portefeuille. »

Il n’est pas ici question de savoir si cet objectif peut être atteint, mais de considérer à quelle vitesse vous répondez « NON » à cette question. Pourquoi ? Parce que le fait d’accorder votre confiance suscite la confiance des autres. En d’autres termes, la vulnérabilité est source de vulnérabilité. En tant que dirigeant, cela arrive rarement. En raison de la position de force, les suiveurs doivent l’expérimenter fréquemment avant de pouvoir faire confiance à leur

« Ma personnalité est immuable et ne peut changer au fil du temps. »

Il n’est pas ici question de savoir si cet objectif peut être atteint, mais de considérer à quelle vitesse vous répondez « NON » à cette question. Pourquoi ? Si vous n’y croyez pas, pourquoi suivriez-vous une formation de leadership, par exemple, si vous pensez que fondamentalement, vous ne pouvez pas vous améliorer ? Et cela ne s’applique pas uniquement à votre propre développement, mais aussi à celui de vos collaborateurs. Si vous estimez que leurs caractéristiques sont figées, cela a peu de sens de les envoyer en formation.

Et vous, quel est votre état d’esprit ? Ces exemples sont matière à réflexion, n’est-ce pas ? Avez-vous encore beaucoup à accomplir ou êtes-vous sur la bonne voie pour devenir un bon dirigeant ? À moins que vous n’accordiez aucune importance à ces états d’esprit ? Dites-nous ce que vous en pensez ! Vous souhaitez en savoir plus sur ce thème ? Découvrez nos white papers sur le leadership !

0 Commentaire(s) Cacher/Montrer les commentaires
Pas de commentaire.